Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
liensocialtogo.overblog.com

ENQUETES ET INTERPELLATIONS SUITE AUX INCENDIES DES MARCHES AU TOGO

15 Janvier 2013, 15:54pm

Publié par ADRY Ayaovi Sedjrawodo, alias ADRY BONCHEMIN

Sans être des spécialistes des enquêtes, ce que nous avons l'habitude de voir dans les pays dits démocratiques auxquels le notre veut ressembler; nous amène à dire que dans les situations pareilles, les enquêtes commencent par l'interpellation des personnes ayant en charge la responsabilité de la sécurité des lieux des drames.

Ce qu'on aurait vu, si ces événements s'étaient produits dans certains de ces pays dits démocratiques, c'est d'abord la démission volontaire ou forcée du ministre de la sécurité, des responsables des marchés, des sociétés de gardiennage publique ou privée qui assurent la veille de ces lieux et aussi du chef du corps des sapeurs pompiers afin de s'expliquer sur l'inéfficcacité de ses éléments à maîtriser les feux.

Ces personnes citées sont généralement les premières à être entendues dans les enquêtes judiciaires automatiquement ouvertes à cet effet et celles dont les déclarations ne sont pas claires sont mises sous mandat de dépôt.

Ici, rien ne semble aller dans ce sens, aucune explication n'est à demander à ces responsables et les interpellations commencent ailleurs.

Tout simplement parcequ'il suffit de prendre un seul exemple parmis ces personnes pour remonter le fil jusqu'au Numéro 1 des Togolais. Et puisque ce numéro 1 ne peut être jamais mis en cause, on feint d'ignorer cette façon dont on procède ailleurs.

Interpeller par exemple le Chef corps des sapeurs pompiers pour n'avoir pas réussi sa mission et il vous répondra: "depuis 20 ans nous rappelons à notre ministre chaque annnée nos besoins en matière de renfort en personnel et en équipement moderne, on a jamais eu de réponse, il y a quelques mois, avant le vote de la loi de finance 2013 nous avons encore refait la demande, mais cela n'a pas été pris en compte, donc nous faisons avec les moyens dont nous disposons; autant poser la question au ministre de la Sécurité"

A son tour, le ministre de la sécurité vous répondra, "les doléances sont toujours transmis au minstre des finances mais , à la fin, ce qui est affecté à notre ministère ne suffit pas encore pour les gaz lacrymogènes pour la représsion des manifestants qui trouble la tranquilité du Chef de l'Etat".

Et quand vous allez approcher le ministre des finances pour savoir, il vous répondra, "nous prenons en compte les priorités (de qui?), et tant que le Chef de l'Etat n'est pas menacé par les incendies et les accidents de circulation, les sapeurs pompiers ne sont pas une priorité, donc poser la question au Chef de l'Etat".

Et voilà, la où vous conduit toutes les pistes de ces personnes sensées êtres les premières à être entendues dans cette affaire. Comprenez donc pourquoi, toutes ces personnes continuent de circuler librement sans être inquiétées, et les gouvernants ne prendront aucune mesure pour prévenir ces genres de situation à l'avenir.

Et ça aussi, ça s'appel IMPUNITE

Faure Gnassingbé PR du Togo

Faure Gnassingbé PR du Togo

Yark Damehane, Minstre de la Sécurité et de la protection civile

Yark Damehane, Minstre de la Sécurité et de la protection civile

Commenter cet article